Je vous l’ai déjà dit à plusieurs reprises, j’adore travailler avec des créatifs. J’adore recevoir leurs propositions créatives, que l’on parle de graphisme, d’innovation ou de publicité, peu importe, j’adore découvrir les idées qu’ils ont eu après que je les ai briefés. Parce que toute création d’une agence commence par la rédaction d’un brief.

Cet épisode vient à la suite de l’épisode d’il y a deux semaines où je vous parlais des 3 choses indispensables à maîtriser pour bien travailler avec une agence, et l’une de ces 3 choses c’est le brief.

Il faut vous dire la vérité, beaucoup de responsables marketing n’accordent pas assez d’importance au brief. Alors je comprends complètement, c’est un métier très prenant, il faut gérer mille choses à la fois : la stratégie, la créa, le budget, la r&d, et puis le rapport avec les autres services, les commerciaux, la production, etc et en plus de ça il faut se battre pour que ses projets soient acceptés par la direction. Et pour peu que la direction ça soit vous et que vous soyez à la tête d’une PME ou d’une TPE, il y a de bonnes chances pour que la responsable marketing, et bien ce soit aussi vous.

Bref, vous n’avez pas que ça à faire. Oui mais non. Désolée, mais ça fait partie du boulot, et franchement, c’est en plus l’une des parties les plus sympa de ce boulot. Si vous savez rédiger de bons briefs agence d’une part vous allez avoir une super relation avec votre agence et d’autre part vous allez recevoir de bien meilleures créas.

Alors je vous entends vous dire, pffff tout ça c’est du blabla marketing. J’ai pas que ça à faire, moi je vais droit au but. Et bien vous allez peut-être droit vers le but, mais si vous voulez que le ballon rentre dans les filets et bien il va falloir se donner un peu de mal. Et ça c’est le brief.

Oui sauf que j’ai vu tellement de briefs incomplets arriver sur le bureau de mon agence quand je bossais dans la pub que je me dis qu’en fait ça n’est pas si évident que ça de savoir ce qui fait un bon ou un mauvais brief. Donc aujourd’hui, je vous propose de voir ensemble comment rédiger un brief complet qui va permettre à votre agence de vous proposer la meilleure des créas.

On va parler de beaucoup de choses dans cet épisode, et notamment de tous les éléments à impérativement intégrer à votre brief, donc pour vous éviter de retenir tout ça par cœur, je vous partage ma trame de brief.

C’est le document PowerPoint que j’utilise quand j’ai un brief à construire. Il contient déjà toutes les parties à remplir, donc impossible d’en oublier une. Pour le télécharger, comme d’habitude il vous suffit d’aller sur lepodcastdumarketing.com/cadeau37 puisqu’aujourd’hui c’est l’épisode 37. Et puis si vous êtes abonnée à ma newsletter, ce doc vous attends dans votre inbox puisque j’envoie maintenant tous les cadeaux bonus systématiquement à mes abonnés.

Remerciements

Avant de vous en dire plus sur le brief, encore une fois cette semaine je voudrais remercier un des auditeurs ou une des auditrices du Podcast du Marketing, qui m’a laissé un avis sur iTunes. Vous le savez ce sont ces avis qui permettent à d’autres de découvrir le podcast et à iTunes de décider de le mettre en avant.

Cette semaine je voudrais Citer Fulider, qui écrit: « Clair, instructif, simple sans être simpliste, motivant. Un podcast qui m’est très utile à titre personnel et professionnel et que je recommande vraiment aux personnes intéressées à se lancer dans la création d’activité sur les aspects de position de l’offre et de sa communication digitale. J’y apprécie le partage d’expériences, sans promesse d’une solution miracle ni vente de quoi que ce soit, et le fait que l’on retrouve un vrai alignement entre le contenu du podcast et la façon dont Estelle le présente. Une façon vraiment sympa d’apprendre à se poser des questions essentielles sur son projet et avoir des pistes de solutions.

Merci à vous Fulider. Alors c’est vrai que je ne promets aucune solution miracle. Mon avis c’est que ceux qui le font vous mentent, s’il y avait une solution miracle, tout le monde ferait fortune. Il n’y a pas de solution miracle, il n’y a pas de solution tout court, en revanche il y a des méthodes qui peuvent vous faire avancer dans le bon sens et elle demandent toutes du travail. Mais ça je sais bien que vous le savez.

Pour ce qui est du fait de ne rien vendre, pour être tout à fait honnête avec vous, je suis en train de travailler sur une formation que j’espère pouvoir vous proposer d’ici quelques mois. Elle prend du temps à construire parce que je veux qu’elle soit réellement efficace pour les personnes qui la suivront. En revanche, bien évidemment, le Podcast du Marketing restera toujours absolument gratuit. Ce podcast a pour but d’accompagner un maximum de personnes avec mes réflexions et mon expérience. J’y parle des questions que je me pose ou que je me suis posées pour mes propres entreprises, et pour tout vous dire, ça m’apporte aussi beaucoup à moi parce que ça m’oblige à me poser sur certaines questions et formaliser des concepts. Donc je suis ravie que ça vous aide, sachez que ça m’est utile à moi aussi.

Ce que vous pouvez attendre d’une agence

Alors revenons au brief agence et commençons par le commencement, qu’est-ce que vous pouvez attendre de votre agence.

Là je vous entends me dire, « bah, c’est évident Estelle, une agence créa bah ça va m’apporter de la créa ». Alors oui, évidemment, le métier d’une agence de créa c’est de vous apporter de la créa.

Mais vous vous en doutez, pas seulement.

Une bonne agence de créa ne travaille pas au hasard. Elle ne fait juste des choses jolies. Absolument tout ce qu’une agence va vous proposer doit avoir un sens.

C’est probablement la chose la plus importante à comprendre, et si vous ne deviez retenir qu’une seule chose de cet épisode, à mon avis c’est ça : tout doit avoir un sens.

Si un élément de créa ne sert pas votre objectif, s’il ne fait pas sens avec votre marque et la raison pour laquelle vous communiquez, alors il n’a rien à faire là.

C’est là que le travail d’une agence créa trouve sa véritable plus value. Être créa, ce n’est pas seulement avoir des idées et savoir les retranscrire visuellement (quoi que à mon avis c’est déjà une très belle performance que j’adorerais maîtriser). Être créa, c’est bien sûr savoir faire tout ça, mais c’est surtout savoir générer des idées pour servir un objectif. Rien n’est fait au hasard, rien n’est fait juste pour l’esthétique. La créa c’est bien plus complexe et bien plus complet que de faire de jolies choses, la créa c’est réconcilier l’émotionnel et le rationnel.

Ben oui, parce que pardon mais on n’est pas là pour faire de l’art, même si l’humble peintre amateur que je suis adore ça, ce dont on parle là c’est quand même bien de business. La finalité dans tout ça c’est de développer votre entreprise, de nourrir votre marque, et in fine de vendre votre produit et d’accompagner vos clients.

Donc rien ne doit être laissé au hasard, et votre agence doit pouvoir justifier tous absolument tous ses choix au regard de l’objectif à atteindre. La communication est l’une des étapes de votre projet, et comme chaque étape de votre projet vous devez pouvoir vous poser la question : en quoi cela sert-il mon objectif. Revenir à l’objectif c’est à mon avis la règle d’or du marketing. Toujours se remémorer son objectif.

Ce que vous devez fournir à l’agence

Bon mais si vous écoutez régulièrement le Podcast du Marketing, je suis sûre que vous me voyez venir avec mes gros sabots, si votre agence créa doit pouvoir justifier tous ces choix au regard de votre objectif, et bien il faudrait peut-être pouvoir lui donner un objectif…

 Ahh c’est là qu’on entre dans le vif du sujet. Si vous saviez le nombre d’annonceurs qui viennent voir une agence et lui demande : faite moi une pub, ou faites-moi un packaging. Ou allez, un peu mieux, faites-moi un packaging qui se vend.

Ça, ce n’est pas un objectif. Ça ça ne va pas permettre à votre agence de créer la bonne communication pour votre marque. Ça ça va juste vous faire perdre du temps et de l’argent.

Et pourtant, croyez-moi, c’est très souvent ce que reçoivent les agences, et parfois ça vient de très gros groupes, très structurés avec de très gros services marketing. Alors attention, ce n’est pas une critique, je ne dis pas que les gens sont mauvais et ne savent pas faire leur boulot. Ce n’est absolument pas ce que je dis. Travailler dans le marketing c’est rarement passer ses journées à se tourner les pouces. En général, ce sont des postes très convoités, avec beaucoup de responsabilités, et des tonnes de choses à faire dans des domaines très variés. Donc bien sûr, la tentation est grande, lorsqu’on est face à des professionnels dont on sait la compétence, de se laisser un peu porter, de leur donner les rênes. Et franchement, je suis plutôt pour, si quelqu’un est bon dans son job, autant le laisser faire. Mais attention, il y a une étape qu’il ne faut pas déléguer à l’agence, et cette étape c’est l’étape du brief.

On peut donner toute la liberté qu’on veut à une agence, on peut même lui donner carte blanche, si et seulement si on lui fournit un brief complet.

Pourquoi un brief ?

Savoir écrire un bon brief, c’est essentiel pour tirer le meilleur parti de votre agence. Avec un brief incomplet, votre agence pourra quand même travailler bien sûr. Parce que ce sont des professionnels, et parce que (malheureusement) ils ont l’habitude de travailler avec es briefs incomplets. Donc oui, vous obtiendrez un résultat, et pas forcément un mauvais résultat d’ailleurs.

Mais si vous proposez à cette même agence, un brief complet et bien construit dès le départ, vous gagnerez beaucoup de temps (et le temps, c’est évidemment de l’argent. Parce que c’est comme ça que votre devis va être défini, ce que vous achetez c’est du temps homme). Donc bref, vous gagnerez du temps et en plus de ça vous gagnerez en qualité de rendu, en créativité et surtout en adéquation avec votre marque. Parce que la clé elle est là : si vous permettez à l’agence de parfaitement connaître votre marque, de la comprendre, de comprendre vos clients, alors vous allez passer au niveau supérieur. Avant l’agence vous faisait de beaux visuels, des pubs créatives, et maintenant elle va pouvoir vous faire de belles campagnes, créatives et qui parlent directement à votre audience. La différence, elle est précisément là. On revient toujours à l’audience, et c’est une bonne chose parce que c’est quand même bien pour ça que vous faites ce métier, c’est pour servir vos clients.

Comment structurer un brief ?

Pour être honnête avec vous, apprendre à construire un brief c’est quelque chose qui m’a réellement manqué dans mes études. J’ai fait une école de commerce, j’y ai reçu des cours sincèrement passionnants et de très bonne qualité. Pas du blabla qui ne voulait rien dire, non j’ai vraiment appris des choses très concrètes que j’utilise encore tous les jours aujourd’hui. J’ai appris beaucoup de choses, mais il y a vraiment un élément qui a cruellement manqué, et c’est comment écrire un bon brief. Quand j’ai commencé à bosser en tant que chef de produit, la première chose que j’ai eu à faire, c’est écrire un brief. C’est logique c’est au cœur du boulot de chef de produit, c’est tout simplement ce qui permet de commencer l’histoire de n’importe quel projet marketing. Oui sauf que je n’avais aucune mais alors aucune idée de ce qu’on pouvait bien mettre dans un brief.

Je me souviens que mon tout premier boss (j’étais stagiaire à l’époque), mon tout premier boss m’a fait refaire mon brief pas moins de 6 fois avant d’accepter qu’il soit présenté à une agence… Autant vous dire, que je partais de loin…

Et il a eu raison parce que rédiger un brief est très vite devenu tout à fait naturel.

Oui sauf que quelques années plus tard, quand je suis passée de l’autre côté du miroir, côté agence, et bien j’ai découvert que ça ne se passait pas du tout comme ça dans la grande majorité des entreprises. La réalité c’est que j’étais déjà contente si j’avais un brief, et soyons honnête, quand j’avais un brief il était très rarement complet.

Alors c’est quoi un brief agence et surtout, qu’est-ce qu’on doit mettre dedans.

Et bien un brief agence, c’est assez simple, c’est un document qui donne toutes les informations nécessaires à une agence pour qu’elle puisse faire le travail que vous attendez d’elle.

Une fois qu’on a dit ça, vous êtes bien avancé.

En fait, tous les briefs suivent un même modèle très simple. Ou en tous cas c’est comme ça que moi je les construits. Ils sont tous construit sur le même plan :

On commence par le contexte, les objectifs, éventuellement la stratégie, le travail demandé, les contraintes, le timing et le budget et si besoin les annexes.

 Ça paraît tout bête comme ça, mais c’est très rare de recevoir un document comprenant tous ces éléments, et c’est bien dommage parce qu’une fois que vous avez mis au clair tous ces éléments, vous avez toutes les chances de maximiser l’impact de votre campagne.

                Contexte

Alors on commence par le contexte.

Bien évidemment vous connaissez votre marque sur le bout des doigts, votre marché n’a aucun secret pour vous, et aucun geste de vos concurrents ne vous échappe.

Oui mais ce qui vous paraît à vous évident est loin de l’être pour le reste du monde.

Si vous ne contextualisez pas votre propos, et si vous n’apportez pas toutes les infos permettant à votre agence de rentrer dans votre univers, de connaître et de comprendre votre marque, il n’y a à peu près aucune chance pour que vous obteniez une bonne campagne.

Donc bien sûr, vous ne mettrez pas les mêmes éléments si c’est la première fois que vous travaillez avec cette agence ou si vous l’interrogez régulièrement.

Si c’est le début de votre collaboration, vous allez passer beaucoup de temps et d’énergie à expliquer votre marque et son environnement. Si en revanche, vous estimez que ce n’est plus nécessaire, il sera toujours essentiel de contextualiser l’objet du brief dans votre stratégie globale et dans l’actualité de votre marché.

                Objectifs

Tout de suite après le contexte, viennent vos objectifs. Je dis vos parce que bien souvent vous en avez plusieurs. Je dirais que 2 ou 3 c’est bien, plus c’est que vous voulez tout faire avec une seule campagne et ça c’est rarement une bonne idée.

C’est super important de se poser la question de l’objectif. Et que les choses soient claires, l’objectif ce n’est pas « faire une bonne pub ».  Véridique, si vous saviez combien de fois je l’ai vu.

Non, il faut vraiment vous poser la question de votre objectif d’un point de vue business. Qu’est-ce que vous attendez de cette campagne ? Qu’est-ce qui doit changer si elle réussi ? Est-ce que c’est de la notoriété, de l’image de marque, ou bien des ventes tout simplement ? On ne peut pas toujours quantifier un objectif mais on devrait pouvoir dire très facilement ce que l’on veut qu’elle fasse. Si on ne peut pas le faire, alors il faut se poser la question de pour quelle raison fait-on cette campagne.

                Stratégie

Après les objectifs, vous pouvez avoir une section stratégie. Ce n’est pas obligatoire, mais par exemple si votre brief a pour objet une partie de votre stratégie de communication, il sera intéressant de préciser quelle est la stratégie employée vs le reste de la campagne. Comment est-ce que vous comptez réaliser vos objectifs, c’est quoi votre plan d’actions.

Pas besoin d’en écrire des tonnes, en général je reste très synthétique, ça tient en une slide powerpoint bien aéré

                Travail demandé

Une fois que la stratégie à utiliser est définie, on arrive au travail demandé, c’est-à-dire ce que vous attendez exactement de votre agence.

C’est probablement l’une des parties que vous allez le plus développer, c’est logique, le but ici c’est de formaliser le pourquoi de ce brief, ce que vous en attendez concrètement.

                Contraintes

Ensuite vous allez clairement présenter vos contraintes. Et là ce n’est pas forcément l’exercice le plus simple parce que d’une part il va falloir être exhaustif (le but c’est d’éviter à votre agence de tomber dans des pièges que vous aurez déjà identifiés), et d’autre part il va falloir être capable de penser à toutes les choses que votre agence ne sait pas. C’est le principe du « on ne sait pas ce qu’on ne sait pas ».

Votre agence ne peut pas savoir que votre packaging ne peut pas dépasser une certaine dimension sous peine de ne plus rentrer dans les rayons si vous ne lui dites pas. La difficulté de l’exercice, c’est qu’à vous ça paraît juste évident.

Donc prenez le temps de construire cette étape, parce qu’elle va vous faire gagner énormément de temps et vous éviter les sueurs froides de réaliser au dernier moment que tout ce que l’agence à créé est inutilisable en l’état parce qu’ils n’avaient pas anticipé une contrainte que heu vous ne leur aviez pas communiquée. On ne sait pas ce qu’on ne sait pas.

                Rendu

Une fois que les contraintes sont claires, on arrive au rendu. Alors là c’est simple, il s’agit de préciser comment vous souhaitez recevoir votre campagne, votre visuel, votre packaging peu importe.

Par exemple, si vous demandez la création d’une campagne, vous allez lister tous les formats d’image que vous souhaitez recevoir, ainsi que la définition et le type de documents. Et puis si le visuel a vocation à être imprimé, vous allez aussi préciser le nombre de couleurs. Un conseil, commencez par passer un petit coup de fil à votre imprimeur pour savoir exactement ce dont il a besoin.

                Timing

On arrive à la fin de ce brief. Il est temps de parler timing, sinon vous risquez d’y être encore dans 2 ans. Le mieux c’est tout simplement de rédiger un rétroplanning. Il peut être super basique : en quelques lignes vous identifier les grandes étapes et la date à laquelle elles doivent être terminées, ou alors pour un projet plus complexe vous pouvez rentrer dans le détail semaine par semaine voire jour par jour.

Mais en tous cas, il vous faut un timing, pour une raison simple. Les agences fonctionnent en flux tendu, donc si vous ne donnez pas de deadline, ce n’est jamais votre projet qui sera priorisé au planning créa. Il faut savoir que les créatifs travaillent sur plein de projets en même temps et que leur temps est alloué en général à la demi-journée sur un projet. Si vous n’avez pas demandé de recevoir votre créa à telle date, il y aura toujours un autre projet pour vous passer sous le nez en invoquant une urgence extrême.

Croyez-moi, avoir un slot au planning créa c’est le truc sur lesquels les chargés de projet en agence se battent le plus. Pas de planning, pas de créa.

                Budget

Une fois que vous aurez écrit tout ça, votre agence aura une très bonne idée de ce qu’elle a à faire. Oui sauf qu’en créa on peut faire tout et n’importe quoi et si vous laissez faire un directeur artistique, il vous pondra une créa folle qui a besoin d’un budget équivalent au dernier Luc Besson.

Vous avez forcément un budget en tête, ou au moins une échelle. Il faut la donner à votre agence dès le début. Je sais bien que beaucoup de gens se disent, ah ben non, si je leur donne mon budget ils vont peut-être me faire payer super cher un truc qui ne coûte en fait pas grand-chose.

Bon alors ce n’est pas comme ça que ça marche. D’abord, il faut que vous ayez une vision un minimum réaliste des coûts d’une créa. Rien ne vous empêche d’en discuter en amont avec votre agence, de façon très ouverte. C’est toujours bon d’avoir un ordre d’idée.

Le coût d’une créa va être divisé en deux postes principaux : le temps passé, c’est-à-dire le temps de créa et de gestion de projet qui vous est alloué et ce que j’appelle les frais externes comme par exemple la location d’un lieu pour le shooting de votre campagne, la rémunération des mannequins si vous en avez, ou les frais de matériel pour monter un décor. 

Selon le budget disponible, votre agence ne vous proposera évidemment pas du tout la même campagne. Donc renseignez-vous en amont et montez un budget cohérent avec vos attentes.

                Annexes

Alors bien sûr, ce que je vous donne là, contexte, objectif, stratégie, travail demandé, contraintes, rendu, timing, budget, c’est le squelette de votre brief. Sentez-vous évidemment libre de rajouter tous les éléments nécessaires à votre agence.

Par exemple, si c’est la première fois que vous travaillez avec cette agence, vous allez avoir intérêt à lui faire une présentation complète de votre marché, de vos concurrents et de votre marque : quel est son territoire, quelles sont ses valeurs, quelle est votre cible et si vous en avez une, ajoutez votre charte graphique.

Bref, vous pouvez ajouter absolument tout ce qui va aider votre agence à vous proposer la meilleure créa possible.

Résumé

Donc pour résumer, ce qui est important à bien comprendre c’est que soigner son brief c’est économiser du temps, de l’argent et obtenir au final une créa qui va être bien plus impactante pour son audience. Aucun intérêt d’avoir une belle campagne qui parle à plein de gens si ces gens ne sont pas du tout vos clients…

Et pour faire un bon brief, un brief qui va donner un maximum de clés à l’agence sans non plus la faire crouler sous une montagne d’informations dont elle n’a pas besoin, et bien c’est en fait assez simple, il suffit de suivre un schéma qui est à peu près toujours le même.

On commence par contextualiser le brief, parce que l’agence n’est pas dans votre tête et sans contexte, il est toujours difficile de comprendre pourquoi vous avez besoin de cette campagne à ce moment précis.

Ensuite il faut pouvoir énoncer clairement votre objectif, et votre objectif n’est pas d’avoir une campagne de pub efficace.

Vous pouvez éventuellement ajouter la stratégie que vous avez décidé de suivre si vous en avez une et notamment si ce brief s’inscrit dans une stratégie plus large.

Une fois que ces éléments sont posés, il est temps de préciser quel est le travail demandé (en général c’est ce par quoi les briefs incomplets commencent). Donc maintenant que vous avez posé le contexte, les objectifs et stratégie, le travail demandé va faire sens.

En général vous aurez des contraintes. Si vous n’en n’avez pas, posez-vous deux minutes, c’est probablement qu’elles vous semblent évidentes, mais votre agence elle n’aura peut-être pas les mêmes réflexes. Donc faites gagner du temps à tout le monde, et posez toutes ces contraintes.

Ensuite, une bonne idée c’est de préciser quel type de rendu vous attendez : par exemple, quel type de fichier.

On arrive à deux étapes indispensables et très souvent oubliées : le timing et le budget. Donnez un timing précis, ça aidera l’agence à s’organiser en amont (il faut que vous ayez en tête qu’ils ont un planning créa surchargé), et ça vous aidera vous aussi, parce que sincèrement il n’y a pas de bonne gestion de projet sans bonne gestion du timing.

Et pour ce qui est du budget, ne faites pas l’erreur de penser qu’il faut garer votre budget secret au risque que l’agence vous fasse payer trop cher. A vous de connaître les coûts « normaux » du travail demandé et à vous de savoir ce que vous êtes prête à investir, parce que clairement vous n’aurez pas la même chose pour 2000 ou 10 000 euros.

Et pour finir bien sûr, sentez-vous toujours libre d’ajouter tout élément qui pourrait aider votre agence dans sa compréhension des besoins de votre marque. En revanche, assurez-vous bien que ces éléments l’aide, parce que le but n’est pas de les noyer sous des informations inutiles qui leur feraient perdre du temps et risqueraient de les détourner de leur objectif, à savoir répondre à votre objectif.

Conclusion

Alors pas de panique si vous n’avez pas retenu toutes les étapes du brief, je vous ai construit une trame PowerPoint avec une slide par étape. C’est la trame que j’ai toujours utilisée pour rédiger tous mes briefs, donc vous n’avez plus qu’à la remplir. Comme d’habitude, pour la télécharger, il vous suffit d’aller sur lepodcastdumarketing.com/cadeau37 et de vous laisser guider. Et puis si vous êtes déjà abonnée à ma newsletter, vous l’avez reçue directement dans votre boîte mail à la sortie de l’épisode.

Vous savez tout. Si vous avez aimé cet épisode, et plus généralement si vous aimez ce que je vous propose avec le Podcast du Marketing, s’il vous plaît prenez deux petites minutes pour me laisser un avis 5 étoiles sur iTunes, ça permettra à d’autres personnes de découvrir le podcast et ça en plus de ça, ça m’encouragera à continuer.

Le Podcast du Marketing ne s’arrête pas pendant l’été, dans deux semaines je vous propose un épisode super intéressant sur l’art du pitch, c’est-à-dire sur la façon de présenter son activité en quelques minutes à quelqu’un qui ne vous connaît pas. Ça paraît simple comme ça, et on verra que c’est un exercice pas si évident que ça et surtout qui demande de la préparation en amont. Pour cet épisode je recevrai Bruno Clément qui est spécialiste du sujet. Il coach des grands dirigeants à l’art oratoire, et nous donnera tous ces bons conseils pour écrire le pitch parfait.

Je vous dis à très vite.

2 comments on Comment rédiger un brief agence – Episode 37

  1. sabine dit :

    Super podcast Estelle, on sent le vécu et je me suis totalement reconnue dans tes propos .
    Je suis au marketing d’un grand groupe de distribution et je ‘pleure ‘ quotidiennement auprès des chefs de produits pour avoir un brief clair lors de la création de produit .
    Je leur envoie le lien de ce podcast de ta part !!!

    1. AdminLPDM dit :

      J’espère que ça pourra les aider à organiser leurs besoins 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

test, quizz, manager, personnalité