J’ai lancé ce podcast pile quand je suis tombée enceinte de mon deuxième enfant, il y a bientôt un an, alors que je travaillais à plein temps pour Microsoft. Aujourd’hui je ne gère plus le site e-commerce de Microsoft, mais je m’occupe à plein temps de mon petit bout qui vient juste d’avoir 3 mois.

Autant vous dire que pour tenir le rythme de la publication du podcast et être aujourd’hui le podcast marketing numéro 1 en France, il faut une sacré organisation.

Je ne peux pas me permettre de perdre du temps, pour avancer entre deux biberons, il faut que je me concentre ce qui est essentiel au bon moment.

Vous l’avez compris, le sujet du jour c’est l’organisation de son temps de travail.

 

Le process

Mais revenons à notre sujet du jour, l’organisation.

L’un des éléments qui revient le plus souvent quand je parle avec des entrepreneurs c’est le sentiment de courir après le temps, d’avoir tellement de choses à faire qu’on n’en voit pas le bout, de ne plus savoir par quoi commencer et au final on n’avance pas.

Je crois que ce sentiment d’être totalement surchargé est l’un des sentiments les plus courants chez les entrepreneurs. Et quand on y pense, c’est bien normal vu qu’en tant qu’entrepreneur on a tout à faire. Et c’est encore plus vrai quand on est au début de l’histoire et qu’on est bien souvent seule à la barre.

Ce sentiment peut être très dangereux. Si on ne sais pas le maîtriser, on risque de se retrouver paralysé par a peur, et tout simplement arrêter d’agir. Et arrêter d’agir c’est à peu près la pire chose qui puisse nous arriver.

C’est pour ça qu’on a besoin d’un système, un process. Parce c’est rassurant et donc ça va nous permet de nous remettre en action. Et puis si on se débrouille bien, on va pouvoir monter un process qui en plus de nous mettre en action va nous permettre d’être réellement efficace et d’éviter de perdre du temps.

Pour s’organiser efficacement, on va distinguer deux types de tâches : les tâches récurrentes et les tâches uniques.

Les tâches récurrentes, ce sont les tâches que vous devez faire régulièrement, quoi qu’il arrive. Elles sont essentielles à la bonne marche de votre activité. C’est la base de votre business.

Et les tâches uniques ce sont celles que vous faites pour faire avancer un projet spécifique.

On va distinguer ces deux types de tâches uniquement pour des raisons d’organisation.

 

Les tâches récurrentes

Alors on commence par les tâches récurrentes.

Dans la mesure où il faut les faire, que vous en ayez envie ou non, vous avez tout intérêt à les identifier et planifier à l’avance les périodes de travail dédiées à la réalisation de ces tâches.

L’objectif, c’est de ne pas avoir à se poser de question. Il faut que ça devienne une habitude. C’est comme vous laver les dents avant d’aller vous coucher, même si vous êtes fatiguée vous le faites, non pas parce que vous en mourrez d’envie mais parce que vous en avez l’habitude.

 

Le pouvoir des habitudes

Les habitudes ont des pouvoirs extraordinaires.

D’abord, elles permettent d’éviter de procrastiner. Quand vous faites quelque chose par habitude, vous vous y mettez tout de suite sans réfléchir au lieu de le remettre au lendemain.

Et puis les habitudes permettent aussi de se mettre immédiatement dans la bonne condition psychologique pour travailler. Pensez aux grands sportifs, qui font toujours la même chose avant un match. Ce n’est pas que de la superstition, c’est une façon de se concentrer, de rentrer dans son rôle.

Troisième pouvoir des habitudes, elle vous permettent d’éviter de perdre du temps à faire ce qui n’est pas important (comme par exemple se balader sur Instagram). Si vous avez pris l’habitude de commencer votre journée de travail par faire une certaine tâche tous les jours, vous allez la faire sans vous poser de question. Si ce n’est pas le cas, il y a de bonnes chances pour que vous vous laissiez distraire par quelque choses de plus agréable, Instagram par exemple.

Et puis une habitude, c’est rassurant : je sais ce que j’ai à faire. Ça évite l’angoisse de l’inconnu, de la page blanche. Vous avez un chemin à suivre.

Et enfin dernier pouvoir de l’habitude, c’est structurant : votre cerveau aime maîtriser ce qu’il fait, cela lui donne une raison de moins de stresser. Une habitude pour votre cerveau c’est des questions de moins à gérer.

 

les tâches récurrentes

Donc pour être efficace on va commencer par identifier nos tâches essentielles et récurrentes et les placer sur notre agenda pour en faire des habitudes.

L’objectif c’est de regrouper les tâches qui se ressemblent sur une même journée.

Par exemple, si vous avez régulièrement besoin de tourner des videos. Mettons que vous publiez des story, et puis vous avez aussi de temps en temps des live sur Facebook et puis il vous arrive de tourner une séquence pour l’une de vos pubs.

Et bien vous avez tout intérêt à les faire le même jour.

Je ne dit pas qu’il faut tout faire en une journée, mais que vous avez intérêt à choisir un jour dans la semaine qui est plus particulièrement dédié aux tournage.

Mettons que vous choisissiez le jeudi parce que vous faite un facebook live le jeudi tous les 15 jours. Bon et ben pour ce live vous allez devoir réfléchir à votre tenue, votre coiffure, éventuellement le maquillage, et puis vous allez aussi prévoir la lumière, et si vous le faites chez vous vous allez peut être devoir ranger telle ou telle pièce, ou au contraire modifier la déco parce que vous avez un meuble qui va vous gêner pour positionner la caméra.

Enfin bref, avant d’appuyer sur le bouton enregistrement, il y a un peu de préparation. Donc autant ne faire cette préparation qu’une fois, et prévoir de filmer en plus de votre facebook live du jeudi, la pub que vous aviez prévu de faire ou deux ou trois séquences de story.

Et ça ne vaut pas que pour les tournages. Vous pouvez le faire pour plein de choses, dès lors que ce sont des activités similaires.

Par exemple vous pouvez choisir de regrouper vos activité de rédaction, ou même vos réunions pourquoi pas. En anglais on appelle ça le batching. En fait, le fait de grouper permet de gagner du temps parce que vous serez déjà préparée physiquement mais aussi mentalement. Bien souvent on est des Diesel, on est un peu lent au démarrage et puis quand on est parti on est parti. C’est pour ça que c’est intéressant de regrouper, une fois qu’on est lancé, on a intérêt à en faire le maximum possible.

Après l’idée c’est de choisir à l’avance quel va être le meilleur moment pour faire ces tâches.

Je vous donne un exemple. Pour faire ce podcast, j’ai plusieurs tâches récurrentes :

D’abord il faut que je scripte (en général j’écris mes podcast avant de les enregistrer), ensuite il faut que j’enregistre et puis il faut que mixe et enfin que j’édite le post sur mon site.

Le scripte me prend au moins 2 demie-journées, l’enregistrement 1 heure et le mixage 1 heure et demi à deux heures. Et l’édition 2 heures de plus.

Donc pour moi, le scripte c’est le lundi. Pourquoi le lundi, et bien pour deux raisons. La première c’est que c’est une tâche qui me demande beaucoup de concentration. Et lundi, on sort tout juste du week-end, je me suis bien reposée donc j’ai toute l’énergie nécessaire pour écrire.

La deuxième raison, c’est que justement, le lundi arrive juste après le week-end. Et pendant le week-end, de façon plus ou moins consciente, j’ai pu penser à mon épisode. Comme j’ai un calendrier éditorial, je sais à l’avance quel va être le sujet de mon prochain épisode, et pendant le week-end, sans vraiment y faire attention, et bien je commence à y penser. Je me fais des sortes de notes mentales d’un point que je voudrais aborder (parfois je le note réellement pour ne pas l’oublier), je mets mes idées dans l’ordre ou je pense à des exemples qui sont parlant pour illustrer cet épisode.

Bref le lundi, c’est le moment de la semaine où je suis la plus à même d’être efficace pour écrire le script de mes épisodes.

Donc mes lundis sont bloqués pour la rédaction. J’essaie de ne pas prendre d’autres engagements ce jour là.

Le mardi matin je fais l’enregistrement, et j’enchaîne avec le montage. La raison pour laquelle je les fait l’un après l’autre c’est parce que ça me permet de gagner du temps. En fait quand j’enregistre il m’arrive de bafouiller. Donc je peux m’y reprendre à plusieurs fois pour dire correctement une phrase. Si je fais le mix juste après avoir enregistrer, je me souviens qu’à tel endroit j’ai dû m’y reprendre à 3 fois avant de dire ma phrase correctement, donc je coupe immédiatement les 2 premières tentatives.

Donc lundi : script, mardi matin enregistrement et montage. Je me laisse le mardi après midi pour travailler sur d’autres éléments et le mardi soir, quand mes enfants sont couchés je gère la publication. C’est une tâche qui demande moins de concentration, l’idée c’est de corriger les fautes de frappe, choisir une photo, et programmer la publication. Rien de bien compliqué mais ça prend plus de temps qu’on ne pense. En général, je le fais assise dans mon canapé, PC sur les genoux tout en regardant un documentaire à la télé ou en écoutant un podcast.

Voilà ça vous donne une idée de ce à quoi peut ressembler une planification de tâches récurrentes.

 

Les tâche uniques

Alors une fois qu’on a notre planning de tâches récurrentes, on est loin d’avoir l’ensemble de notre planning, parce qu’évidemment – et heureusement – tout n’est pas que répétition.

Quelle que soit votre activité, vous avez très probablement des projets à mettre en place pour faire évoluer votre activité. Par exemple, mettons que vous lanciez un nouveau produit.

Avant de le lancer, vous allez avoir par exemple une phase de développement, une phase de test consommateur, et d’un point de vue communication vous allez peut-être vouloir teaser vos clients, prévenir la presse ou les influenceurs, et créer une publicité pour le lancement. Bon c’est un exemple, tous les lancements sont différents, c’est juste histoire d’illustrer le propos.

rétroplanning

Donc pour que vous puissiez lancer votre nouveau produit au jour qui vous convient, il va falloir que vous prévoyez un rétroplanning.

Alors je vous préviens tout de suite, je suis une fan des rétroplanning. Je pense que ça me vient de mon début de carrière, quand j’étais chef de produit dans un département marketing. Être chef de produit c’est surtout gérer des projets et les faire avancer, donc le retroplanning est ton meilleur ami…

Alors le rétroplanning peut prendre la forme que vous voulez. Moi je le fais très simplement sur excel. Chaque colonne représente une semaine et en ligne j’inscris toutes les étapes de mon projet. J’utilise des codes couleurs pour identifier le type de tâches, juste pour que ça soit plus lisible. Par exemple, tout ce qui est en rapport avec la communication en orange, avec les achats en bleu et la R&D en gris. De cette façon, chaque semaine, vous savez quels sont les éléments sur lesquels vous devez travailler.

Ensuite, à mon avis un des éléments important à prévoir dans un rétroplanning, c’est se donner de la marge. Pour chaque grosse étape, je me rajoute une semaine par rapport à ce que je pense être nécessaire. Ça permet d’éviter de stresser et de courir toujours après le temps.

Parce qu’un rétroplanning, ça doit être flexible. Son but n’est pas de vous angoisser ou de vous bloquer sur une date, mais au contraire de vous permettre d’avancer. Donc s’il vous faut en fait plus de temps pour réaliser une tâche, prenez le temps nécessaire et faite glisser votre rétroplanning. Les quelques semaines de marge que vous aurez prévu sur l’ensemble du projet vous permettront de le faire sans compromettre vos délais.

 

Changer l’agenda

Bon et puis si vraiment c’est trop court, il faut aussi se donner le droit de modifier l’agenda.

Toute l’organisation qu’on va prévoir, c’est une trame. Une trame pour nous permettre d’avancer le plus efficacement possible. Mais cette trame ne doit en aucun cas devenir un obstacle, ça n’aurait pas de sens.

S’il y a une chose qui est sûre, c’est que dans une vie d’entrepreneur rien n’est figé. Si les choses ne rentrent pas dans les case, et bien il faut modifier les cases.

Le rétroplanning projet, on l’a dit, il a vocation à être mouvant. Il donne un cadre mais on peut faire glisser les actions à réaliser en fonction de ce qu’il se passe réellement.

Pour ce qui est des tâches récurrentes, c’est pareil. Gardez en tête que vous avez soigneusement choisi le meilleur moment dans la semaine pour réaliser cette tâche, mais si pour une raison ou pour une autre, ça ne vous arrange pas de la faire à ce moment là, et bien il n’y a qu’à la faire à un autre moment. En revanche, il faut immédiatement positionner ce moment dans votre agenda sinon vous risquez de ne pas le faire du tout.

Par exemple, en ce moment je suis en plein congé maternité. Mon fils vient d’avoir 3 mois donc je profite de ses sieste pour travailler sur le podcast. Autant vous dire que le batching, c’est pas vraiment ça. J’arrive à travailler par sessions de 30 minutes maximum. Bon, donc mon organisation avec écriture le lundi, enregistrement le mardi et publication le mercredi, sachant en plus que normalement je prépare les épisode au moins un mois à l’avance, et bien autant vous dire qu’en ce moment ça ne marche pas. Je prépare chaque épisode quand je peux, et je finalise systématiquement la veille pour le lendemain. Mais ce n’est pas grave. Je sais que c’est une période un peu exceptionnelle et d’ici quelques semaine je commencerai à le faire garder et je retrouverai un rythme plus organisé.

Ce qui importe c’est de garder le cap, et de savoir où l’on va.

L’organisation au quotidien

Alors une fois qu’on a créé notre planning des tâches récurrentes et qu’on a construit nos rétroplanning par projet, il faut trouver son organisation quotidienne, son système pour faire avancer tous les éléments au mieux au quotidien.

Alors pour ça j’ai 6 grands principes.

1. Priorité vs plaisir

Nécessité de prioriser ses tâches – attention à ne pas confondre priorité et préférée. On a naturellement tendance à aller vers ce que l’on aime. Et on n’échappe pas à la règle quand on s’assoie devant son bureau. Dans notre métier, quel que soit votre métier, il y a des choses que vous aimez plus faire que d’autres, et des choses que vous aimez moins faire que d’autres.

Si vous n’y prenez pas garde, vous allez avoir naturellement tendance à faire les choses que vous aimez d’abord. Mais ça ne veut pas dire que c’était la priorité.

Pensez priorité avant plaisir.

 

2. Les 3 objectifs

Pour ça, j’utilise le principe des 3 objectifs: je vais identifier les 3 objectifs principaux que je voudrais atteindre sur une période – les 3 choses que je voudrais vraiment avoir fait à la fin de la période, celles qui auront le plus d’impact sur mon business et qui feront avancer mes projets.

Ce principe des 3 objectif permet d’éviter la fameuse to do list sans fin. Parce qu’une liste trop longue fait qu’on se sent toujours en retard et inefficace. Quoique vous fassiez, même si vous travaillez d’arrache pied, vous finissez toujours votre journée en vous disant qu’il reste plein de tâches que vous n’avez pas accomplies. Donc on est toujours dans une forme d’échec. C’est assez désespérant et franchement à mon avis c’est pas une bonne façon de vivre. Si on a une to do list trop longue c’est soit qu’on fait des choses pas vraiment utiles, soit qu’il faut revoir le planning global pour étaler les projets.

Alors le principe c’est d’identifier chaque jour les 3 choses essentielles à faire pour nous permettre de réaliser les 3 priorités qu’on s’est fixées pour la semaine, sachant que ces priorités vont nous permettre d’atteindre nos 3 objectifs pour le trimestre, qui eux même vont participer à ceux de l’année. Tout s’enchaîne. Et si un élément ne participe pas aux priorités de l’échelon d’après, c’est qu’il n’est pas si essentiel que ça.

3. l’agenda papier

Ça va peut être vous surprendre, mais pour suivre ces objectifs, et bien j’utilise un agenda papier.

Alors bien sûr, vous pouvez utiliser votre agenda digital, sur votre ordinateur ou sur votre téléphone, et c’est ce que je fais pour monter mes rétroplanning et suivre mes rendez-vous, mais pour ce qui est des objectifs que je me fixe à moi-même, je trouve qu’écrire à la main à plus de force.

Mais quoi qu’il en soit, il faut les écrire, parce que – on en a déjà parlé – le simple fait d’écrire vos objectifs vous donne beaucoup plus de chances de les atteindre.

En général, j’utiliser un semainier, ça me permet de visualiser quels sont les 3 objectifs de la semaine, et pour chaque journée quels sont les 3 tâches sur lesquelles me focaliser.

Si vous voulez mon modèle de planning hebodomadaire, je vous l’avais proposé en cadeau bonus du 1er épidose. Pour le télécharger, il comme toujours, il vous suffit d’aller sur lepodcastdumarketing.com/cadeau1.

 

4. Garder du temps non attribué

Quatrième grand principe pour gérer mon emploi du temps : prévoir du temps pour l’imprévu. Ça va avec l’entrepreneuriat, quoi que vous fassiez, vous ne pourrez pas tout prévoir, et c’est tant mieux. C’est aussi comme ça que de nouvelles opportunités se présente, et il faut se donner le temps de les saisir.

Donc il faut absolument se laisser des plages horaires non attribuées dans son agenda pour pouvoir travailler sur les opportunités qui se présentent.

5. Les tâches récréatives

5ème principe : prévoir des tâches récréatives.

Il y a plein de choses à mettre en place pour être plus efficace, si vous n’avez pas lu la semaine de 4 heures de Tim Ferriss, je vous invite à le faire. Il vous donnera plein de bons trucs pour maximiser votre temps comme par exemple ne checker ses mails qu’une ou deux fois par jour, ou travailler avec un VA (un assistant virtuel) pour toutes les tâches pour lesquels vous n’êtes pas essentiel.

Mais alors attention, être organisé pour être efficace, ça ne veut pas dire se transformer en robot qui ne s’arrête jamais, qui a le cerveau en ébullition du matin au soir, non stop.

La réalité c’est que ce n’est pas possible, et franchement c’est pas souhaitable.

Quand on organise sa journée, évidemment on va chercher à être efficace. On vient d’en parler, on va notamment concentrer les tâches récurrentes et définir des objectifs clairs et en nombre restreint.

Mais au moment de planifier sa journée, il y a une chose à ne pas oublier, c’est qu’on n’est pas des robots. On ne va pas pouvoir rester au top de notre concentration toute la journée, c’est pas vrai, il faut être réaliste.

Donc quand je prévois ma journée, j’identifie les trois actions clés que je veux faire, et je les positionne dans le temps de ma journée. Ça c’est ce que je dois faire.

Et puis à côté, j’ai une deuxième liste. C’est ma to-do liste d’actions récréatives. Alors qu’est-ce que j’entends par « actions récréatives »? Ben il ne s’agit ni de baby-foot ni de ping-pong, en fait c’est ma liste de tâches nécessaires pour faire tourner mon entreprise, mais d’une part qui ne me demande pas une concentration extrême et d’autre part que j’aime bien faire. Ça ne veut par forcément dire qu’elle est passionnante, souvent c’est une tâche un peu répétitive. Mais en fait ça fait du bien parfois de ne pas trop avoir à penser.

Donc mes tâches récréatives, ce sont des tâches-pause pour mon cerveau. Ça me permet d’avancer, parce qu’on a besoin de les faire de toutes façons, mais en même temps je repose un peu mon cerveau pour mieux pouvoir avancer après.

Alors des exemple? Bon d’abord clairement ça va dépendre de vous, de ce que vous aimez ou n’aimez pas faire et de ce qui vous demande ou pas de la concentration. Et puis bien sûr ça va dépendre de votre activité, mais ça je vous fait confiance, vous saurez adapter l’idée à votre quotidien.

Alors des exemples dans mon cas, et bien il y avait l’édition des devis et factures, toute la petite compta quoi, la mise sous pli, ça peut aussi être la préparation des posts sur les réseaux sociaux, ou le suivi de vos certaines de vos metrics.

A vous d’identifier ce qui vous repose le cerveau. Et non triple non ce n’est pas du temps perdu, puisque c’est du temps de récupération. Pensez aux grands sportifs, ils se ménagent tous des temps de récupération qui leur permettent de revenir plus vite et en plein forme. Et bien être entrepreneur c’est pareil, pour être en pleine possession de ses moyens, et au meilleur de sa forme, il faut se ménager des temps pauses.

 

6. Le sport

La transition est parfaite pour mon 6ème principe d’organisation : prévoyez dans votre semaine des plages horaire pour faire du sport, pour prendre soin de votre corps et de votre santé.

En tant qu’entrepreneur, et encore plus quand on est solo-preneur, on n’a pas le droit de tomber malade. Parce que si on ne travaille pas, la boutique ne tourne pas, tout simplement. Donc investir dans sa santé devrait être naturel, parce que oui c’est un investissement comment un autre pour permettre à notre entreprise de continuer à fonctionner. Et c’est même un investissement essentiel.

Donc n’hésitez pas à prévoir 2 ou 3 session de sport dans votre semaine pour prendre soin de vous. Et ne culpabilisez pas de ne pas travailler pendant ces sessions, parce que vous permettez à votre outil de travail, c’est-à-dire votre corps de rester en bon état de marche.

Et en plus de ça, faire du sport va vous destresser si jamais vous l’êtes, libérer des endorphines pour que vous vous sentiez zen et épanouie et vous permettre de penser alors que vous n’êtes pas en train de faire. Et ça, c’est formidable pour prendre du recul et voir les problématique dans leur globalité.

Pendant longtemps, mon truc c’était le vélo d’appartement. Je me levais une demie heure, trois quart d’heure plus tôt le matin, je buvais un café et je sautais sur mon vélo pour une session de 20km. Et bien j’arrivais au bureau ultra sereine, zéro stress et avec toute ma journée organisée dans ma tête. Cette session me permettais de dénouer les problèmes que j’avais pu rencontrer la veille et aborder cette nouvelle journée sereine physiquement ET mentalement.

Alors je ne dis pas qu’il faut nécessairement le faire tous les jours et que c’est forcément le matin, mais il est évident qu’intégrer un peu de sport dans votre routine hebdomadaire ne peu qu’être positif.

 

7. célébrer

Et 7ème principe : Célébrer, prendre le temps de fêter ses réussites, même les plus petites

C’est marrant, je me faisais justement cette réflexion l’autre jour quand j’ai réalisé que le podcast du marketing était classé 2ème podcast marketing en France. Ca c’est un sacré step, et j’avais bossé pour ça, d’une part en proposant toutes les deux semaine un contenu de la meilleure qualité possible, sans manquer un rendez-vous quoi qu’il arrive. Et croyez-moi, des bonnes excuses j’en ai eu plein, entre le boulot à plein temps super prenant chez Microsoft, l’annonce de ma grossesse, et maintenant que le jeune homme est né, les nuits entre-coupées de biberons. Donc oui j’ai bossé sur le long terme pour en arriver là, mais en plus j’avais une vraie stratégie dédiée à me faire monter dans l’algorithme d’iTunes et clairement ma stratégie a payé. Donc oui j’avais vraiment de quoi être fière, et pourtant je ne l’ai pas fêté. J’ai été contente de moi 5 minutes, et je me suis directement tournée vers le prochain objectif.

Alors c’est bien, c’est ce qui fait avancer. Mais ce n’est pas bien, parce que ça ne me permet pas de m’appuyer sur mes accomplissements. Pour ce sentir sûre de soi, et on sait combien la confiance en soi joue dans le succès, et bien pour être sûre de soi il faut savoir qu’on est bon dans ce qu’on fait. Et célébrer, c’est le meilleur moyen de dire à son cerveau : ‘souviens toi bien de ça : je suis bonne dans ce que je fais’.

Donc célébrons. Ça peut être en se faisant un super cadeau ou juste en s’accordant un petit plaisir, mais arrêtons-nous et célébrons – histoire d’ajouter une brique à notre self-estime.

Résumé

Donc pour résumer, si vous voulez optimiser votre organisation de travail, il va vous falloir commencer par identifier vos tâches récurrentes et les positionner dans votre agenda. Et à ces tâches récurrentes vous ajouterez vos tâches uniques que vous aurez positionnées dans vos rétroplanning par projet.

Et pour vous organiser au quotidien, je vous donne mes 7 grands principes:

Faire passer les priorités avant le plaisir

Suivre la règle des 3 objectifs

Avoir un agenda papier

Garder du temps non attribué pour l’imprévu

Prévoir des tâches récréatives pour s’oxygéner le cerveau tout en travaillant

Prendre soin de soi en faisant du sport

Et enfin célébrer les victoires

 

 

Conclusion

Cet épisode touche à sa fin.

Si vous aimez ce podcast, s’il vous plaît aidez-moi à le faire connaître au plus grand nombre. Le meilleur moyen pour ça c’est de faire deux choses toutes simples : vous abonner et laisser un avis 5 étoiles sur iTunes. C’est vraiment ce qui va me permettre d’être visible dans les recommandations d’iTunes et donc de faire découvrir le Podcast du Marketing à de nouvelles personnes.

Et puis d’ici au prochain épisode, si vous voulez échanger avec moi, le meilleur moyen c’est de rejoindre mon réseau LinkedIn, vous me trouverez sous mon nom : Estelle Ballot. Je fais de mon mieux pour répondre à tous vos messages le plus rapidement possible.

Je vous dis à très vite.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *