On veut toutes voir son site en première page de recherche de Google. Non ?

Parce qu’être bien référencé, ça veut dire avoir du trafic, faire connaître notre produit au plus grand nombre, et bien vendre notre produit, tout simplement.

Sauf que se retrouver en première page d’une recherche Google, ce n’est pas si simple que ça…

Pour faire simple, il y a deux options. La première c’est la pub, c’est-à-dire payer Google pour mettre une annonce sur ses pages. Et la seconde, c’est optimiser son site pour que Google considère qu’on propose le meilleur contenu existant sur un sujet particulier. Optimiser son site, c’est travailler son SEO. SEO c’est search engine optimisation, en bon français optimisation pour les moteurs de recherche.

Alors le sujet SEO est vaste, on a déjà parlé des bases du SEO à l’épisode 5. Si vous ne l’avez pas écouté, je vous invite vraiment à le faire, il vous donne le minimum syndical à mettre en place pour commencer à travailler votre SEO.

Et franchement, la réalité c’est que la plupart des sites ne travaillent pas leur SEO. Aussi surprenant que ça le soit, même de gros sites reconnus n’ont pas mis en place ne serait-ce que la base d’un SEO de qualité. Donc si vous commencez par les bases, vous prenez déjà de l’avance par rapport à beaucoup de vos concurrents.

Mais si vous voulez aller un peu plus loin, si vous voulez que Google vous mette en avant, et gratuitement, alors il va falloir en faire un peu plus. Voire, on peut se le dire franchement beaucoup plus.

Google prend en compte environ 200 critères, donc on ne va certainement pas tous les voir ici. Et pour avoir un SEO de pro, il faudra probablement passer par des professionnels. Le SEO c’est une véritable science.

Mais aujourd’hui je vous propose de voir ensemble un de ces critères, un qui a un réel impact sur Google, et qui n’est pas très compliqué à mettre en place.

Il s’agit du cocon sémantique.

Le cocon sémantique c’est quoi ?

C’est une des stratégies de SEO les plus importantes et relativement simple. Elle consiste à faire circuler la force de chaque page vers une page choisie. Elle permet d’emmener votre lecteur où vous voulez (chaque page doit avoir un but). Et elle permet de donner plus de force, de visibilité aux pages qui vous semblent plus importantes.

Comment fait-on cela ? Et bien en choisissant bien les mots clés pour chaque article et en appliquant une stratégie de liens entre ces articles.

Un principe en arbre généalogique

Alors le cocon sémantique, comment ça marche ? La façon la plus simple, c’est de vous représenter les pages de votre site selon le principe d’un arbre généalogique.

En haut vous avez la page grand-mère, en dessous d’elle les pages mères, et sous chaque page mère, ses pages filles. Vous y êtes, vous visualisez ?

Bon. Les mères sont toutes reliées à la grand-mère. Et elles sont également liées avec les  autres mères avec qui elles ont le plus d’affinité (comme dans une famille, on est parfois plus proche d’une sœur que d’une autre)

Idem pour les filles. Chaque fille est reliée à sa mère et aux sœurs avec qui elle a le plus d’affinité.

Bon alors, je vous préviens, le cocon sémantique c’est une histoire de flux. Il faut se représenter le chemin que parcourt un consommateur.

Je vais essayer d’être la plus claire possible, mais si c’est parfois un peu difficile pour vous de vous représenter ce dont je parle, pas de panique, je vous ai préparé un récap avec des schémas très simples qui vous expliquent tout visuellement. Comme d’habitude, pour le télécharger, il vous suffit de vous rendre sur lepodcastdumarketing.com/cadeau21

Les robots de Google

Donc pour en revenir à notre ami Google, il faut déjà comprendre comment il fonctionne.

En fait Google est un petit curieux, il passe son temps à envoyer des robots regarder ce qu’il se passe sur votre site internet. Et ces robots reviennent régulièrement voir ce qu’il s’y passe, et notamment vérifier s’il y a eu des changements.

Petit aparté, c’est là l’une des raisons pour lesquelles il est important de publier du contenu à intervalle régulier : si vous publiez toutes les semaines le mardi, le robot s’en rendra compte et viendra voir vos nouveautés tous les mardis. Si vous publiez de façon aléatoire, le robot viendra quand même mais comme il ne sait pas quand, il risque de mettre plus de temps à découvrir vos nouveautés et donc à les indexer dans le moteur de recherche.

Le principe du jus

Lorsqu’un robot passe sur l’une de vos pages, il va lui attribuer une certaine note. En SEO on va appeler ça un jus.

Imaginons que votre page A est liée à la page B. Le robot a donc visité la page A et lui a attribué une note initiale (ou un jus). Ensuite, le robot décide de suivre le lien vers la page B. Il attribue une note à la page B à laquelle il ajoute un peu de la note de la page A. Ca ne diminue pas le la note de la page A, mais ça augmente celle de la page B.

En fait le robot considère que la page B mérite un bonus parce qu’elle a été « recommandée » par la page A.

Donc pour faire simple, plus vous avez de liens internes, plus vos pages ont de force, et donc plus vos pages on de chances d’être bien classées dans les recherches Google.

L’importance de l’affinité sémantique

Mais alors attention, le robot ne va pas se contenter de distribuer des bonus à chaque fois qu’il y a un lien. Ce serait trop facile, il suffirait de lier toutes nos pages entre elles pour faire mécaniquement monter le jus de notre site.

L’objectif de Google, c’est d’apporter de l’information au lecteur.

Les liens qu’il va considérer comme apporteur de bonus, sont ceux qui font sens. Il faut qu’il y ait une véritable relation d’affinité entre vos deux pages. En l’occurrence, ce que l’on recherche c’est une affinité sémantique. Elles n’ont pas exactement le même sujet, mais elles se rejoignent sur certains éléments.

C’est à cette condition que Google accordera un jus supplémentaire à votre page de destination. Si ce n’est pas le cas, pas de bonus. Voire même, si les liens n’ont aucun sens pour le lecteur, je ne serais pas étonnée que Google applique des malus. Ça semblerait logique, le but n’est pas de perdre le lecteur, mais bien de lui donner une information toujours plus précise ou une connaissance plus étendue.

Objectif du cocon

Donc l’idée ici, c’est d’apporter le plus de jus possible, c’est-à-dire la meilleure note aux pages vers lesquelles vous voulez diriger votre lecteur.

Si on est partie d’une page fille, l’idée est que sa mère aura plus de jus (puisque toutes ses filles lui en auront apporté un peu), et la grand-mère sera la page avec un maximum de jus puisque toutes les mères y auront également contribué. Vous me suivez ?

Alors attention à ne pas tomber dans le piège classique, celui dans lequel beaucoup de gens tombent. Votre page grand-mère, votre page principale, celle vers laquelle vous voulez renvoyer un maximum de monde, n’est pas la page d’accueil de votre site.

C’est même exactement le contraire. Votre page d’accueil est probablement très généraliste. En fait c’est une introduction aux différents éléments que vous proposez. Alors que votre page grand-mère décrit une chose bien précise. Si vous avez quelque chose à vendre, votre page grand-mère sera peut-être votre landing page qui explique en long en large et en travers pourquoi votre service correspond exactement au besoin de votre lecteur et comment en profiter.

Mettre de l’ordre dans son site

Alors vous allez me dire, ok très bien toute cette théorie, mais concrètement qu’est-ce que je dois faire.

Et bien c’est assez simple. Il faut vous organiser. L’idée, c’est de ranger votre chambre pour que Google et vos lecteurs puissent s’y retrouver.

Donc listez tous les articles que vous avez écrit sur votre site. Idéalement, chaque article, chaque post a vocation à répondre à une question que se pose vos lecteurs ou du moins à leur apporter une information. C’est l’un des dix conseils que je vous donnais dans l’épisode 19 pour créer du contenu de qualité : répondre à une question qu’un internaute taperait dans Google.

Donc partons du principe que vous avez du contenu de qualité, qui correspond à une attente de votre audience.

Dans le cas du podcast du marketing, je retranscrits à peu près tous les épisodes, donc à chaque épisode correspond un article, et j’essaie de répondre à une question que vous êtes susceptible de vous poser, ou à résoudre un de vos problème (par exemple, « comment créer un cocon sémantique »).

Identifier des thèmes

Bon, partant de là, vous allez lister tous vos articles, et les classer par thème.

Par exemple, si on a un site qui parle des Seychelles, on va pouvoir avoir des articles sur le thème de la situation géographique des Seychelles, un autre sur la population des Seychelles et un autre sur le tourisme aux Seychelles.

Et au sein de chaque thème, je pourrais avoir des sous-thèmes. Par exemple, sous le thème de la situation géographique des Seychelles j’aurai des articles qui traitent de l’archipel des Seychelles ou des pays limitrophes par exemple. Sous le thème de la population, je traiterais peut-être du PIB ou de la culture, et enfin sous le thème du tourisme j’aurais des articles parlant de plongée ou des meilleurs hôtels où réserver.

Bon, si vous vous souvenez du principe d’arbre généalogique avec la grand-mère, les mères, et les filles. Et bien chaque article de sous-catégorie, dans notre exemple les pays limitrophes des Seychelles, la culture locale, les sites de plongée ou les meilleurs hôtels à réserver sont des pages filles.

Et pour chaque sous-catégorie (situation géographique, population et tourisme), je vais devoir créer une page mère vers laquelle je vais faire pointer tous mes articles de ladite catégorie.

Pour reprendre la sous-catégorie du tourisme aux Seychelles, j’aurais une page qui met en avant le bonheur de voyager aux Seychelles. Et mes articles sur la plongée et les hôtels auront un lien vers cette page.

L’erreur à ne pas commettre à mon avis, c’est de se laisser piéger par l’arborescence de votre site. Si vous avez créé des catégories et des sous-catégories dans votre menu, alors vos articles pointent vers une page de catégorie. Cette page, c’est un peu un sommaire, elle liste tous les articles qui traitent de cette catégorie, mais elle n’a pas de contenu propre. Ça ne fait donc pas sens de lui donner tout le jus de vos autres pages, car un lecteur qui tombe sur votre page de catégorie n’en tirera pas beaucoup d’information. Et surtout, il ne sera pas guidé vers votre page grand-mère, qui est précisément la page vers laquelle vous voulez l’emmener.

Donc l’idéal, c’est bien de créer un contenu spécifique et complet pour chaque page mère. Et chaque page mère aura pour objectif d’emmener le lecteur vers la page grand-mère.

Récapitulatif

Ça va? Vous êtes toujours avec moi ?

Donc je récapitule.

Tout commence, comme toujours par bien définir votre persona, pour prévoir quelles questions il va se poser, quels sont les obstacles qu’il rencontre et pouvoir y apporter des réponses sur votre site et in fine le conduire à la solution ultime : votre page grand-mère.

Mon conseil, pour que ce soit bien concret pour votre site, c’est de faire un schéma. Pour bien visualiser les différents éléments, vous pouvez vous référer au cadeau bonus, ils sont déjà préparés pour vous, vous n’aurez plus qu’à modifier les noms des pages.

Je vous redonne l’adresse encore une fois, lepodcastdumarketing.com/cadeau21.

Conclusion

Alors encore une fois, on ne va pas se mentir, ce que je décris ici ce sont les bases d’un cocon sémantique. En réalité c’est surtout une organisation saine de votre site.

Pour créer un cocon sémantique qui génère beaucoup de force à vos pages, il faudra probablement entrer un peu plus dans la technique et utiliser des outils qui vous permettront de choisir les meilleurs mots clés et les meilleures combinaisons de liens.

Si vous avez envie de vous pencher sur la question et de comprendre un peu mieux ce que ferait un pro, je vous recommande l’article très complet de Christian Méline « Concevoir un cocon sémantique, la méthodologie de A à Z ». Attention, il faut s’accrocher mais ça vous donne une idée de ce que vous pourrez obtenir en faisant appel à un professionnel pour vous élaborer un véritable cocon sémantique de compétition.

Encore une fois, on si on n’en est pas là ce n’est pas grave, rien que le fait de construire son site en suivant le principe du cocon sémantique va vous donner une belle avance par rapport à la plupart de vos concurrents.

L’épisode touche à sa fin, j’espère qu’il vous aura donné envie de revoir l’organisation de votre site et créer des liens entre vos différentes pages pour maximiser tous vos efforts de rédaction, et je sais au combien ça peut être un effort.

Si ce n’est pas déjà le cas, pensez à vous abonner au Podcast du Marketing pour être notifié de chaque nouvel épisode. Vous pouvez le faire sur votre application favorite ou directement sur lepodcastdumarketing.com, vous avez un formulaire d’inscription en bas de page. Je ne vous noierai pas d’emails, juste un message toutes les 2 semaines à la sortie du dernier épisode.

Je vous retrouve dans deux semaines. Nous parlerons d’un sujet qui intéresse beaucoup d’entre vous : les pubs Facebook. Je ne suis pas une spécialiste de Facebook, donc j’ai invité Joseph Donyo qui lui connaît ça sur le bout des doigts. Il nous expliquera comment créer une pub efficace sur Facebook et quels sont les pièges à éviter.

Je vous dis à très vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *